DU FOND DE LA POCHE

Des choses traînent, ici et là, s'entassent sans prévenir, pas grand chose à jeter pour autant, signes de ce qui se trame à l'aveugle. L'envie sans crier gare vient parfois d'en faire usage, pour bricoler un autre objet, une autre image. Prévoir ne sert à rien, il faut juste être prêt sur l'instant à écouter l'envie. Avoir de quoi, aussi, c'est à dire suffisamment de fond pour y faire un choix.

(en ce moment, je sais qu'il y a une image, reproduction d'une descente de croix peinte par Fra Angelico, un détail avec un arbre, du ciel, des personnages, que j'aimerais pouvoir employer. Il y a peu, j'aurais insisté, en vain certainement, pour trouver avec quoi et de quelle manière. Maintenant, je sais mieux qu'elle trouvera sa place une fois au hasard de ce qui rejoindra le fond de ma poche. J'accepte que ce genre de naissances prennent du temps pour naître juste. Pas du temps de travail, pas seulement, mais du temps qui passe. )

du fond de la poche

 

 

début
opus incertum
feuilles pliées
Assemblages maison

 

 

 

© 2015 Baptiste Oberson